lundi 17 juillet 2017

Le Quotient Intellectuel Évolue Tout au Long de Notre Vie





Le cerveau est un organe flexible. Dès la naissance, l'utilisation des connaissances acquises, les défis à surmonter, etc. le façonnent. C’est le phénomène connu sous le nom de neuroplasticité.

La neurogénèse  formation de nouveaux neurones  est influencée positivement par les neurotransmetteurs, des facteurs de croissance, des facteurs neurotrophiques, les hormones, un environnement culturellement riche et stimulant, l'activité physique, l'interaction sociale et l'apprentissage. Le stress psychologique, les troubles psychiatriques (dépression), l'isolement social ou le manque de sommeil affectent négativement la formation de nouveaux neurones. Effet similaire cause de l'abus de drogues.

Il est désormais clairement démontré qu’il existe une neurogenèse active tout au long de la vie chez l’homme.

Quotient intellectuel


QI (Quotient Intellectuel) est le terme générique employé depuis 1912 pour désigner les différents tests psychométriques d'intelligence, ou pour désigner le résultat obtenu à un de ces tests.

Le quotient intellectuel également connu comme IQ ou CI, consiste en une note, obtenue par une personne qui effectue une série de tests destinés à mesurer son intelligence, et qui a reçu 100 comme valeur centrale d’une intelligence moyenne. Ceux qui scorent par dessus à 100 sont supérieurs à la moyenne et ceux qui scorent moins, n’atteignent pas l’intelligence moyenne.

Il existe plusieurs types de QI, qui donnent des notations différentes. Cependant tous sont des tests psychométriques : c'est-à-dire des tests normalisés qui comparent les performances d'un individu à des questions précises par rapport aux réponses de l'ensemble de la population aux mêmes questions.

Le quotient intellectuel serait une donnée intrinsèque à un individu, c'est-à-dire que celle-ci serait immuable au fil du temps et caractériserait l'intelligence dudit individu.

En général, on croit que le QI est un attribut génétique avec lequel nous sommes nés et demeure pour la vie, comme la couleur des yeux ou de la hauteur. En fait Il ressemble plus à d' autres attributs de notre corps et de l' esprit, comme le poids du corps, l'humeur, les niveaux d'énergie et la tension artérielle, qui peuvent tous fluctuer tout au long de notre vie.

Mesurer le QI


Le QI est un des moyens de mesure de l’Intelligence Générale, le Facteur g, c’est-à-dire d’une caractéristique biologique qui est derrière le traitement de toutes les tâches cognitives. Il ne s’agit pas d’une mesure directe (comme on peut mesurer directement la taille de quelqu’un avec un mètre), mais d’une mesure indirecte (comme si on mesurait la taille de quelqu’un en se référant à la taille de son ombre sur un sol inégal) : la mesure n’est donc pas parfaite.

Le QI est le terme inventé par Wechsler en 1939, en inventant l’Échelle Wechsler d’intelligence pour adultes (WAIS) dans une tentative de donner suite aux facteurs de Spearman. Il est donc un moyen artificiel de mesurer des talents ou des intelligences.

Le score au QI n’évalue qu’une certaine forme d’intelligence faisant appel à notre logique. Il n’évalue pas les autres types d’intelligence (créativité par exemple). Tout au long de notre vie, nous devons affronter des épreuves, nous nous trouvons face à certaines problématiques pour lesquelles nous devons prendre des décisions. Ce sont ces fonctions exécutives qui sont au premier plan et donc évaluées par un test comme le QI. On peut donc penser que le score au QI n’est pas une valeur stable, mais fluctue dans le temps.

Un “surdoué” ou “génie” serait une personne dont le QI est de 130 ou plus. Les personnes ayant ces caractéristiques ont généralement une grande facilité à résoudre des problèmes de logique. Une personne de plus de 115 QI est au-dessus de la moyenne, et par dessous à la moyenne ce sont ceux qui ont un QI compris entre 70 et 80 points, et ils ont souvent des difficultés à penser abstraitement. Les personnes ayant un coefficient 70 ont généralement des difficultés cognitives, de mémoire et de langage.

Pourquoi un individu est doué? Le QI est directement lié au QI des parents, à savoir, il est d'origine génétique ou héréditaire. Cependant, une partie de notre capacité intellectuelle dépend de notre histoire de vie, de l'usage que nous faisons de notre cerveau.

Il y a longtemps, on pensait que les différences entre le niveau intellectuel des personnes dépendaient exclusivement de ce facteur génétique. On croyait que le QI “était déjà fabriqué”. Cependant, les études montrent que la combinaison de stimulation précoce et adéquate à l'environnement est essentielle au développement du cerveau. Un bon entrainement du cerveau, spécifique à chaque fonction cognitive, raffine et améliore nos capacités.

L’Université de Rochester a publié une étude pour mesurer le QI par la vue. Le test est très simple : il implique que les yeux suivent le mouvement d'une barre sur l'écran d'ordinateur à droite et à gauche. Les barres ont trois tailles différentes. Ceux qui suivent avec plus de précision les mouvements de la barre plus petite, qui se limite au cercle central du champ visuel, sont ceux qui ont un QI plus élevé.

Intelligence cognitive


C’est l’ensemble des aptitudes cognitives ou intellectuelles requises permettant d'acquérir des connaissances et l´utilisation de ces connaissances de façon efficace pour résoudre les problèmes dont l´objectif et la structure sont bien définis.

Ce qu'on appelle l'intelligence, conçue comme un tout, est en réalité le résultat de nombreuses facultés mentales superposées.

La meilleure manière de qualifier l’intelligence est de dire qu’il s’agit d’une habileté mentale associée à des opérations non seulement cognitives et qui permet de comprendre l’information, d'apprendre de celle-ci et de l’utiliser de manière efficace.

Selon l'Association américaine de psychologie c’est la capacité par laquelle les individus sont capables de comprendre les choses complexes et faire face et résoudre certaines complications par le raisonnement ; en fonction de la capacité de chaque personne, il est dit être plus ou moins intelligent que les autres.

Le Mainstream Science on Intelligence a proposé une deuxième définition, soutenue par plus de 50 chercheurs. On suppose que l'intelligence comprend des capacités à raisonner, résoudre des problèmes, abstraire, planifier.

L'intelligence n’est pas seulement la faculté d'apprendre des livres, mais aussi d’avoir les compétences nécessaires pour résoudre les conflits et de savoir quoi faire à chaque instant.

Types d’intelligence


Selon le psychologue de l(Université de Harvard, Howard Gardner, chaque être humain possède à sa naissance de nombreux genres d’intelligence lesquels se développeront de manière plus ou moins importante suivant l’individu.

* l’intelligence linguistique ou verbale (employer les mots aisément aussi bien à l’oral qu’à l’écrit)
* L’intelligence logico-mathématique (résoudre des problèmes mathématiques et savoir raisonner dans l’abstrait)
* l’intelligence naturaliste (se servir de leur propre environnement pour comprendre le monde)
* l’intelligence spatiale (faculté de penser en trois dimensions, de visualiser l’espace)
* l’intelligence musicale (aptitude pour la musique)
* l’intelligence kinesthésique (capacité d’exprimer une idée ou une émotion en effectuant un geste ou en réalisant une activité physique)
* l’intelligence intrapersonnelle (capacité de bien se connaître)
* l’intelligence interpersonnelle (aptitude à percevoir les émotions et les humeurs chez les autres).

Score standardisé


Les tests d'intelligence standard utilisés par les psychologues cliniciens à des fins de diagnostic, comme l'échelle Wechsler, sont conçus de sorte qu'ils ne sont pas faciles à préparer, car le contenu est étonnamment gardé secret et sont changés régulièrement, afin que le score donné par une personne soit toujours relative.

Alors même que nous obtenons une meilleure éducation et sommes plus qualifiés dans les tests de QI  un phénomène connu sous le nom “effet Flynn”  notre score ne change pas du tout et cela est parce que le système de score de QI prend en compte le degré d'amélioration attendu dans le temps, puis il est mis au rebut. Les tests effectués quand on est plus âgé, sont adaptés à cet âge et ne comprennent donc pas l'apprentissage. Ce type de compte est appelé un “score standardisé”, car il cache son vrai score et représente simplement sa position par rapport à leurs pairs qui sont également censés devenir plus intelligents ou tout au moins au même rythme.

Standardisation d'un test


Standardiser un test revient à le transformer en procédure systématique et relativement immuable, cette opération visant à contrôler la situation dans laquelle un individu va passer le test. La standardisation permet de recréer un environnement de passation toujours identique à celui utilisé pour l'étalonnage, à faire en sorte que les conditions de départ du test soient les mêmes pour tous et en tout temps.

Effet Flynn


Le "Flynn effect" – du nom du chercheur (James Flynn) qui l’a mis en lumière – à savoir l’augmentation constante du quotient intellectuel au sein des populations en raison d’une amélioration des modes de vie.

L’effet Flynn correspond à l'augmentation quasi-régulière du QI tout au long du XX Siècle. Cette augmentation était variable selon les pays  plus forte dans les pays du nord que dans ceux du sud , mais elle a atteint des chiffres importants (+ 1 Ecart Type / Génération). Elle imposait un re-étalonnage régulier des tests de QI. On peut constater qu'elle ressemble fortement à celle de l'augmentation de la taille et de la durée de vie au cours de la même période.

Cet effet s'est ralenti à la fin du XX siècle, et finalement inversé dans les pays occidentaux au début du XXI.

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour l'expliquer, et notamment :

* Influence de l'alimentation => ce que mesure le QI a en effet augmenté
* Influence des stimulis en très jeune âge (télévision)

Soit les tests mesurent moins bien qu'avant (sont faussés) => il n'y a pas eu d'augmentation de ce que mesure le QI.

Soit ces stimulis ont un effet sur la croissance => il y a bien eu augmentation de ce que mesure le QI.

Le “profit”, qui a été calculée à trois points de QI par décennie, a été observé chez les bébés, les enfants d'âge préscolaire, les enfants d'âge scolaire et les adultes. L’augmentation générationnelle dans l'intelligence se produit entre les plus et les moins intelligents.

En réalité, cela signifie que nous sommes tous devenus plus intelligents dans nos vies et les tests de QI et le système de notation du même est ajusté en permanence pour faire en sorte que le QI moyen soit maintenu à 100, en dépit d'une augmentation bien marqué sur la matière grise dans le monde entier. Les psychologues savent que les scores d’intelligence sont soumis à l'influence culturelle et aux opportunités sociales.

Intelligence émotionnelle


L’intelligence émotionnelle se mesure par le quotient émotionnel (QE) et peut se définir par :

* La compréhension de ses émotions
* La maîtrise de ses émotions et de ses impulsions
* La compréhension des émotions d’autrui et la façon d’y réagir
* L’inspiration et l’influence sur les autres
* Le développement des émotions et la gestion des conflits.

Le concept de QE correspond à un mix d'Intelligence Générale (Facteur g) et de personnalité.

Test d’intelligence


Le premier test d´intelligence moderne de l´histoire du QI a été mis au point en 1904, par Alfred Binet (1857-1911) et Theodore Simon (1873-1961).

En vue d'établir les facultés intellectuelles d'une personne on doit effectuer divers types de tests. Dans ces tests on inclut des problèmes avec des mots ou des chiffres, des formes et des dessins, afin de définir la capacité individuelle du QI de l'individu.

Ce test est constitué de plusieurs composants tels que le raisonnement logique, l'identification des rimes et la désignation des objets.

Quand on parle de l'intelligence, nous entendons notre capacité à apprendre rapidement et de nous adapter aux situations nouvelles. Ces tests mesurent soi-disant notre vocabulaire, notre capacité à résoudre des problèmes, à raisonner logiquement, et ainsi de suite.

De récentes études ont montré que le quotient intellectuel évoluait tout au long de notre vie.


Études sur le Quotient intellectuel

Le coefficient intellectuel fluctue pendant l’adolescence


Des chercheurs de l’University College of London, dans une étude publiée dans la revue scientifique Nature en 2011, prouvent que le QI n'est pas stable au cours de la vie (en l'absence de lésion cérébrale et des maladies neurodégénératives) et qu'il ne faudrait plus se baser sur le score du test de QI d'un enfant pour prédire ses performances scolaires et professionnelles ultérieures.

En pratique, les chercheurs ont examiné 33 adolescents en bonne santé, une première fois en 2004 lorsqu'ils étaient âgés de 12 à 16 ans (14 ans en moyenne), puis une seconde fois en 2007-2008 lorsqu'ils avaient entre 15 et 20 ans (18 ans en moyenne). Leur QI verbal et non verbal a été mesuré grâce à différents tests et ces jeunes ont subi un scanner cérébral structurel et fonctionnel par IRM lors de chaque examen. Les différents QI des participants allaient de 77 à 135 points au premier test et de 87 à 143 points au second, ce qui a confirmé le large éventail des aptitudes intellectuelles chez ces personnes.

Les chercheurs ont ainsi découvert que le QI verbal et non verbal avait considérablement varié chez les participants entre 2004 et 2008. Certains individus avaient amélioré leur performance par rapport aux jeunes de leur âge, avec une augmentation pouvant aller jusqu'à 20 points de leur QI global. Pour d'autres, en revanche, leur performance avait chuté, avec une baisse du QI pouvant atteindre également 20 points. Les chercheurs précisent que ces changements ne sont pas dus à une variation de la performance liée à l'humeur ou à la concentration ce jour-là, ils sont bien réels puisqu'ils sont corrélés à des changements de structure de certaines régions cérébrales.

Les zones correspondant à la lecture, à la dénomination d'objets ou encore à la résolution de problèmes s'activaient davantage chez ceux dont le QI avait augmenté. Cela veut dire qu'un cerveau stimulé développe de nouvelles connexions entre les neurones.


Entraîner la mémoire à court terme augmente l’intelligence pure


Un groupe de scientifiques de l'Université du Michigan dans un des résultats de la recherche sur l'intelligence en 2008, a montré que la mémoire à court terme peut être le fondement le plus important pour l'intelligence pure.

Dans leur étude, des volontaires adultes ont été entrainés à une tâche difficile de mémoire à court terme : l'écoute d'une séquence de lettres tandis qu'ils observaient simultanément, une série d'écrans d'ordinateur qui  montraient un carré bleu dans des endroits différents. Ils ont demandé aux participants de déterminer si la lettre prononcée ou la localisation du carré correspondait à celle des écrans présentés avant.

Plus ils pratiquaient et stimulaient leur mémoire à court terme, beaucoup mieux était l'amélioration de la forme la plus pure de la puissance du cerveau, l'intelligence “liquide”, qui est la capacité des volontaires à raisonner et à résoudre des problèmes indépendamment de la connaissance préalable.

Matrice progressive
Le segment du test de raisonnement a utilisé quelque chose appelé matrice progressive : visualiser trois configurations géométriques et choisir parmi de nombreuses options, celle qui s’adaptait le mieux au modèle.

L’entrainement de la mémoire augmente l'intelligence pure et c’est donc la meilleure façon d'augmenter le QI.

On a également constaté que les changements dans le QI liés au langage, sont associés à des variations dans une région particulière du cerveau, plus précisément dans le cortex moteur gauche. Par ailleurs, concernant les tests non-verbaux, la raison peut être une augmentation de la matière grise se trouvant dans le cervelet antérieur  qui contrôle la partie sensorielle et motrice du corps .

Il est également connu qu'il existe des différences de QI entre les hommes et les femmes, cela ne signifie évidemment pas que l'un est plus intelligent que l'autre, mais qu’ils ont des aptitudes cognitives diverses ; de même pour les personnes appartenant à une ou autres cultures, car au-delà de l'apprentissage social, il y a une certaine prédisposition à développer le QI d’une forme spécifique.


Une intelligence différente à chaque âge de la vie


Selon une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT), parue dans la revue Psychological Science en mars 2015, les facettes de l'intelligence ne vieilliraient pas de la même façon, certaines ne faisant même que s'améliorer au fil des années.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont recueilli les données de deux sites Internet (Gamewithwords.org et Testmybrain.org) proposant des tests de QI, de mémoire et de langage. Les réponses de 48537 individus âgés de 10 à 89 ans ont été analysées en fonction de l'âge et de la capacité mentale utile à la résolution de l'exercice demandé, de l'arithmétique à la perception des émotions.

Jusqu'ici, les spécialistes s'accordaient pour distinguer deux types d'intelligence, définis en 1971 par le psychologue britannique Raymond Cattell: l'une dite “fluide”, comprenant la logique et la résolution de problèmes, l'autre dite “cristallisée”, qui augmente tout au long de la vie par accumulation de savoirs ou d'expériences.

Selon ses travaux, l'intelligence fluide, qui comprend les capacités de mémoire à court terme, de vitesse et de codage  remplacer des nombres par des symboles dans un temps limité, reproduire un dessin géométrique après 10 secondes d'observation , serait optimale entre 19 et 20 ans et diminuerait ensuite rapidement.

L'intelligence dite cristallisée, illustrée par des tests de vocabulaire, de culture générale, de compréhension, d'arithmétique et de similitude  savoir en quoi deux objets sont semblables , s'améliorerait au contraire tout au long de la vie et ne chuterait qu'avec la sénilité.

D'autres facultés ne pouvant être associées aux deux types d'intelligence connus ont émergé de ce traitement de données. Les meilleurs résultats dans les tests nécessitant une analyse de la situation  retrouver la partie manquante d'un objet, ou encore assembler des images pour retracer une histoire  et ceux impliquant la mémoire dite de travail ont été obtenus par les participants âgés de 25 à 35 ans.

La mémoire de travail nécessite le recours à plusieurs fonctions cognitives, dont les mémoires de court et long terme, pour réagir rapidement face à un problème donné.

Les chercheurs pensent que cela pourrait être le résultat d’une éducation universitaire plus robuste, le fait d’avoir un travail qui exige beaucoup lire et traiter abondamment des connaissances, et l’existence de bonnes opportunités pour la stimulation intellectuelle lorsqu’on arrive à la vieillesse.


L’exposition prénatale à des phtalates est liée à une baisse du quotient intellectuel chez l’enfant


Selon une étude conduite par des chercheurs de l’université Columbia (New York), publiée dans la revue PLoS One en décembre 2014, des enfants exposés in utero à des niveaux élevés de deux phtalates présentent en moyenne un quotient intellectuel inférieur de plus de six points à celui d’enfants moins exposés.

Les phtalates sont des plastifiants présents dans de nombreux produits courants  objets en PVC, textiles imperméables, cuirs synthétiques, mais aussi rouges à lèvres et à ongles, bombes de laque ou certains shampooings. Ils sont interdits dans les jouets, en Europe comme aux Etats-Unis, mais rien n’est fait pour éviter l’exposition des femmes enceintes.

L’étude a porté sur 328 New Yorkaises, dont l’urine a été analysée au cours du troisième trimestre de grossesse pour y mesurer la concentration en quatre phtalates. Les tests de QI ont été réalisés auprès de leurs enfants à l’âge de sept ans.

Pour les 25% de ceux nés de mères dont les taux de DnBP et DiBP étaient les plus élevés, le QI était respectivement de 6,6 et 7,6 points inférieur à celui du quart des enfants dont la mère montrait la concentration la plus basse de ces deux phtalates. Une baisse de six ou sept points pourrait avoir des conséquences substantielles sur la réussite scolaire et le potentiel professionnel de ces enfants.

Ces résultats ont été obtenus après le contrôle des facteurs tels que l'intelligence maternelle, l'éducation maternelle et la qualité de l'environnement familial, qui influent aussi sur des scores plus bas. Le raisonnement perceptif, la mémoire de travail et la vitesse de traitement ont également été affectés par l'exposition maternelle à ces phtalates.


*
*    *

Facteurs qui réduisent l’intelligence

L’alimentation


Les aliments riches en graisses affectent l'activité cérébrale, voilant la fonction de la dopamine, le neurotransmetteur responsable de la production de motivation.

En plus des études montrent que les régimes riches en graisses affectent aussi la réactivité, ainsi que la mémoire et causent la dépression.

Les multi-tâches


Bien qu'il y ait l'idée que le cerveau est capable de faire plusieurs choses à la fois, le fait est que cet organe ne peut faire qu'une chose à la fois, mais il fait le changement de tâche si rapidement qu'il donne l’impression aux gens de faire beaucoup de choses à la fois.

En faisant ces changements si rapidement on dépense plus de glucose, la source d'énergie du cerveau, et on diminue le QI, puisque en effectuant diverses tâches, on empêche la génération des pensées profondes, également les pensées deviennent moins récentes et plus superficielles, c'est ainsi que nous ne sommes concentrés sur aucune des tâches accomplies.

La technologie


Il est vrai que les nouvelles technologies nous font économiser beaucoup de temps et d'efforts, mais elles affectent aussi la mémoire, en déléguant progressivement le stockage d'informations à des dispositifs électroniques tels que les Smartphone ou ordinateurs.

Cela a pour cause que nous détenons moins d'informations et par moins de temps, parce que maintenant quand on a besoin de chercher des informations, il suffit d'aller à un moteur de recherche et mettre un lien qui nous mène au sujet recherché, au lieu de se souvenir des noms, des dates et d'autres données à rechercher directement.

La télévision


La télévision peut influer sur l'intelligence, ce qui a été vérifié par le psychologue Markus Appel, qui a mené une étude qui a montré 81 participants à une émission de télé-réalité supposée sur un athlète. Après avoir montré ce programme, il a appliqué un test de connaissances.

Ceux qui ont regardé la télévision avant de répondre à l'examen, ont eu plus d'erreurs que ceux qui n’avaient pas vu le programme, c'est parce que lorsqu’on reçoit des informations récentes, elles restent présentes consciemment, de sorte que le cerveau est prédisposé à ces informations.

Changements dans les horaires de sommeil


Modifier les horaires pour dormir ou essayer d’adapter le temps de sommeil à la grille horaire d’un autre pays, et l’interruption régulière du sommeil affecte le rythme circadien, celui qui indique quand il est temps de dormir, car c’est la nuit ou le jour, ce qui affecte la mémoire et la naissance de nouveaux neurones.

*
*    *

Même si on pouvait penser que les capacités motrices et cognitives sont aussi diverses que l'eau et l'huile, de nombreuses études ont montré que le développement des compétences sensori-motrices peut améliorer les cognitives. Personne ne sait comment cela se passe, bien sûr, mais il est postulé que les deux systèmes cérébraux sont plus interconnectés que nous pensons. ainsi, il est possible d’augmenter le QI en apprenant à tricoter, écouter de la musique classique ou jongler.

Exercer la mémoire à court terme  en substance, le cahier de notes du cerveau  peut être le levier pour augmenter notre intelligence.

Une personne peut posséder une capacité logique ou mathématique élevée, mais être incapable de créer une œuvre artistique et vice-versa. Actuellement, la mesure du QI et les capacités des sujets sont destinées à représenter un outil pour aider la personne à connaître ses forces et faiblesses afin de les travailler et améliorer.

Il est difficile de s’entendre sur une définition universelle de l’intelligence. Elle englobe à la fois la faculté de connaître et de comprendre, celle de résoudre des problèmes, celle de s’adapter à de nouvelles situations et celle d’apprendre. Ces différentes conceptions de l’intelligence permettent d’affirmer qu’il n’existe pas seulement un seul type d’intelligence mais plusieurs.

Lorsque nous apprenons, lisons un livre, écoutons un morceau de musique ou observons un tableau, des changements physiques se produisent dans le cerveau, de nouvelles structures et connexions sont créées, ce qui nous permet d’améliorer ainsi notre intelligence.