lundi 28 septembre 2015

La Pollution à l'Intérieur de la Maison




Tout ce que nous utilisons dans une maison semble inoffensif, mais le métabolisme,
le système nerveux, le cerveau et le fonctionnement hormonal se trouvent affectés
par la présence de métaux lourds, un certain type de plastiques et le téflon dans les casseroles.


La qualité de l’air intérieur est primordiale, alors que nous passons environ 80% de notre temps dans des lieux fermés. Si l'air extérieur est pollué, l'air intérieur s'avère souvent de moins bonne qualité : exposition prolongée à des produits nocifs, humidité persistante. La dégradation de la qualité de l'air intérieur (à la maison mais aussi au bureau, à l'école, dans les magasins, les transports...) est devenue une préoccupation de santé publique de premier plan, trop souvent négligée.

Alors que la plupart des personnes ne considèrent pas leur maison comme un environnement rempli de toxines, le fait est que la plupart des maisons en contiennent des quantités significatives. Des produits de nettoyage toxiques aux peintures et joints, la plupart de nos maisons sont remplies de produits chimiques connus pour être assez toxiques. Même certaines lessives, savons et produits pour le corps et les cheveux sont connus pour être nocifs et peuvent souvent être dangereux pour les enfants et les animaux s'ils sont ingérés.

A l'intérieur des bâtiments, l'air est généralement bien plus pollué qu'on ne le pense. Les matériaux employés pour la construction, ceux mis en œuvre pour l'aménagement, ainsi que les produits d'entretien utilisés pour le nettoyage contiennent bien souvent des substances mauvaises pour la santé : composés organiques volatils et autres composants chimiques.

L’air intérieur contient généralement des concentrations plus élevées de toxines que l’air extérieur. Ainsi, notre santé et notre sécurité dépendent du choix des produits que nous utilisons. La plupart des produits conventionnels contiennent une grande quantité de produits chimiques toxiques.

Les pollutions intérieures détectées dans les habitats proviennent de sources multiples, mais chacune est potentiellement responsable de plusieurs types de pollutions :

* Pollution atmosphérique extérieure, à l’occasion du renouvellement de l’air par la mise en dépression du logement ou par ventilation.
* Produits d’isolation, d'ameublement, de décoration, d'entretien et de bricolage. La plupart des COV  y compris les aldéhydes  et les particules sous forme de poussières suite à leur désagrégation ou leur abrasion.
* Nourriture, air et eau.
* Appareils à combustion. Monoxyde de carbone, oxydes d'azote, particules fines, COV (chauffage, cuisson, production d'eau chaude).
* Plantes et animaux. Pollens, allergènes d’animaux domestiques (chat et chiens).
* Activités humaines. Tabagisme, entretien de la maison, hygiène et cosmétiques, bureautique.
* Rayonnements électromagnétiques ou hyperfréquences extérieurs ou intérieurs (appareils électriques, portables, Wi Fi).
* Acariens et champignons.

Polluants chimiques dans l'air


Dans un milieu clos, les toxiques libérés par des sources uniques extérieures ou intérieures peuvent se combiner, s'ajouter ou interagir, en créant de nouvelles molécules volatiles ou solides.

L'émission ou la présence de ces polluants dans l'air respiré est avant tout directement en rapport avec 3 facteurs :
* la chaleur,
* l’humidité,
* le renouvellement de l'air des pièces.

Les substances toxiques pénètrent inlassablement le corps de tout organisme vivant ; nous inhalons une grande partie d’entre elles en respirant. Les métaux lourds présents dans l’air peuvent facilement pénétrer dans notre corps de différentes manières. Ils empoisonnent constamment notre organisme, générant des troubles divers et des maladies.

Les différents polluants de l'air intérieur


Les polluants biologiques


Les agents infectieux (bactéries, virus, toxines) proviennent des êtres vivants, ou peuvent proliférer dans certains équipements mal entretenus (ventilation, etc.) La moisissure peut entraîner des infections comme l'aspergillose invasive nosocomiale. Les allergènes proviennent des animaux domestiques, plantes, insectes et acariens.

Moisissures

Les surfaces des maisons peuvent s’imprégner de moisissures qui produisent des allergènes. Ce sont des micro-organismes fongiques que l’on peut distinguer par les taches noirâtres qu’ils forment sur les murs et les plafonds, ou encore à l’odeur de moisi qu’ils dégagent.

Les moisissures peuvent coloniser des endroits très différents — bois, plâtre, papier, tissus, climatiseurs, plantes. Elles sont causées par un taux trop élevé d’humidité.

Lorsque la surface moisie est supérieure à 3m2, l’exposition peut nuire à la santé :

* Irritation des yeux, du nez et de la gorge
* Écoulement nasal, congestion des sinus, symptômes s’apparentant à des rhumes chroniques
* Asthme

Les jeunes enfants et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables.

Les particules et les fibres

La poussière contient des particules, les plus petites pouvant être inhalées. Elle contient également des fumées, de la suie, des pollens, des spores et des allergènes. Les fibres sont des particules émises par certains matériaux (cellulose, chanvre, sisal, amiante, laine de verre, roche...).

Certaines activités comme le bricolage, la cuisine ou le ménage émettent des quantités importantes de particules et de fibres qui restent en suspension dans l'air.

Les polluants chimiques


Monoxyde de carbone, dioxide d’azote


Le monoxyde carbone (CO) et le dioxyde d’azote (NO2) sont des gaz incolores et inodores. Ils proviennent de la combustion incomplète de diverses sources — charbon, bois, gaz naturel, butane, propane, fumée de tabac.

Le CO, lorsqu’inhalé, se substitue à l’oxygène transporté par le sang et peut causer des intoxications importantes. Les oxydes d’azote, de leur côté, s’accumulent dans les pièces non ventilées et augmentent les risques d’asthme. Ils sont tous deux de puissants irritants pour les poumons et une exposition chronique à ces particules peut engendrer des problèmes respiratoires, des nausées, des pertes de conscience et même la mort.

Le tabac


La fumée de tabac contient plus de 3000 substances dangereuses. Elle provoque une irritation des yeux et des voies respiratoires, peut provoquer des crises chez les asthmatiques, des cancers par tabagisme actif ou passif, etc. D'où l'importance d'aérer si quelqu'un fume dans la pièce. Ou mieux, de fumer dehors.

LES COV


Les COV  ou solvants organiques  présentent une gamme diversifiée de produits chimiques qui ont la particularité de s’évaporer à l’air ambiant. Ils sont d’origine anthropique ou naturelle (émissions par les plantes), se retrouvent sous forme gazeuse dans l’atmosphère et peuvent se propager plus ou moins loin de leur site d’émission. Les impacts sont ainsi de nature directe et indirecte sur l’homme, les animaux et la nature.

Formaldéhyde

On trouve du formaldéhyde dans de nombreux matériaux dans la maison, notamment dans :
* les résines et les colles : les résines urée  formol ou phénol  formol et colles servent à fabriquer les bois agglomérés, les panneaux de particules et les contreplaqués.
* les mousses isolantes de polyuréthane : sont utilisées pour l’isolation par injection dans les murs et les cloisons.

Les phtalates

Ce sont des produits chimiques industriels incolores le plus souvent utilisés pour la fabrication de matières plastiques. Ils sont utilisés comme assouplisseurs de plastique. Ce sont les produits chimiques les plus toxiques connus par l’homme.

Ils sont généralement utilisés dans la fabrication des jouets, des nettoyants ménagers, des cosmétiques, des produits de soins personnels, des emballages alimentaires, des meubles, des tapis, des rideaux de douche, des équipements médicaux en plastique, et même du lait maternisé et des aliments pour bébés.

Les problèmes de santé. Les phtalates ont des effets néfastes sur le foie, les reins, les poumons, le système reproducteur, et peuvent causer des anomalies congénitales. Ils sont également connus comme étant des perturbateurs endocriniens, qui affectent le système hormonal.

Comment se protéger ? Acheter des produits sans PVC. Pour savoir si un produit est fabriqué à partir de PVC, chercher le numéro 3 ou la lettre V à l’intérieur du cercle de recyclage sur la bouteille. Les alternatives au PVC à la maison comprennent des matières naturelles telles que le bois, le bambou ou le métal.

Le radon

Le radon, présent naturellement dans l’environnement, est issu de la composition naturelle de l’uranium. L’uranium se désintègre de manière radioactive et se transforme en radium, qui lui, se détruit naturellement afin de donner le radon.

Le radon s’évapore et s’infiltre dans la maison et les bâtiments par les fissures ou les passages de canalisations. Il peut s'accumuler dans les pièces où le renouvellement de l'air est très faible (caves, etc.). Incolore et inodore, le radon peut être présent partout sans signes avant-coureurs.

Les problèmes de santé. Par la respiration, le radon peut s’introduire dans l’organisme. Il se retrouve ainsi emprisonné dans les poumons sous forme de particules ionisantes et ces derniers n’ont aucun moyen de les réduire. Ces effets toxicologiques sur la santé sont dévastateurs et, invariablement, un organisme intoxiqué développera un cancer. Il est conseillé pour tous de faire un test de radon. Le test s’étale sur 3 mois.

Bisphénol-A (BPA)

On le retrouve dans plusieurs plastiques, notamment celui utilisé pour fabriquer les bouteilles d’eau ainsi qu’à l’intérieur de la plupart des cannes de conserve. Résistant à la chaleur, ce polycarbonate est transparent, pratiquement incassable et est utilisé dans la résine d’époxy.

Le BPA se retrouve dans les bouteilles, les biberons, les contenants réutilisables, les cannes, les cruches d’eau, les jouets, les plombages blancs, les lentilles optiques, les disques compacts, l’équipement électronique et les emballages alimentaires.

Les effets possibles sont : Cancer, atteinte au développement du fœtus (cerveau, comportement), dysfonctions sexuelles.

Les polymères

Ce sont des molécules organiques, dérivées du pétrole.

* Polystyrènes. L’utilisation la plus connue de ce polymère est le polystyrène extensible (PSE)  mousse blanche compacte qui sert à emballer les appareils sensibles aux chocs. Il se retrouve dans les boîtiers de disques compacts, les équerres et règles pour écoliers, les emballages alimentaires (pot de yaourt, emballage de viande, poissons, fruits, légumes) et les couverts en plastique à usage unique. Il est également utilisé comme additif dans les parfums et les médicaments. Puisqu’il constitue un bon isolant, on le retrouve dans les murs d’un grand nombre de maisons.

Les problèmes de santé. Les polystyrènes dégagent du pentane, gaz qui contribue à l’effet de serre. Ils peuvent affecter le système nerveux et les globules rouges, la santé mentale, le cerveau, les poumons, les reins, le foie et l’estomac. Ils seraient liés à des cas de leucémie et de cancer.

* Polyuréthanes. Il est employé principalement dans les colles, les peintures, les élastomères, les mousses et les fibres, l’ameublement, les roues, roulettes et dans l’industrie automobile. Le PU existe toujours dans la décoration, les préservatifs et les vêtements de sport (lycra).

* Retardateurs de flamme. On les retrouve dans la mousse de polyuréthane. Ils sont des perturbateurs endocriniens.


Métaux lourds



Dans cette catégorie se retrouvent toutes les substances nocives non gazeuses — neurotoxines, plomb, mercure, cadmium, arsenic, aluminium, titane, chrome, amiante, cuivre. Ils peuvent être dans l’eau potable, les vaccins, les peintures, les pesticides, les déodorants et les matériaux de construction. Les sources alimentaires comme les légumes, les céréales, les fruits, les poissons et crustacés peuvent également être contaminés par des métaux lourds du sol et / ou de l’eau environnante.

Les problèmes de santé. Par absorption buccale ils peuvent se substituer aux minéraux essentiels et sont alors susceptibles d’entraîner des maladies de dégénérescence telles que :
* Problèmes de croissance
* Troubles nerveux et psychologiques
* Retards mentaux
* Anémie
* Trouble de fertilité
* Cancers (foie, rein)
* Mortalité.

Comment se protéger ? Le moyen le plus efficace est d’installer des filtres à eau. Il faut également éviter les produits à base de PFC, comme le téflon dans les casseroles (lui préférer l’acier inoxydable), utiliser de l’eau froide pour la cuisson et la préparation du café ou du thé, éviter les peintures à base de plomb.

Pesticides


Ce sont des substances chimiques, généralement fabriquées par l’homme, toxiques pour l’être humain et particulièrement pour les jeunes enfants. Ils sont utilisés pour contrôler une grande variété de parasites agricoles qui endommagent les cultures.

Une des façons les plus courantes de s’exposer aux pesticides est de manipuler les fruits et légumes. L’Environmental Working Group publie une liste annuelle des fruits et légumes avec les plus hauts niveaux de résidus de pesticides. Elle comprend les pommes, le céleri, les épinards, les pêches, les nectarines, le raisin, la laitue, le poivron doux, les concombres, les pommes de terre, les fraises et les myrtilles.

Les problèmes de santé. Les pesticides peuvent causer beaucoup de dommages. Ils peuvent conduire au diabète, au cancer, à l’obésité, aux maladies auto-immunes telles que les problèmes de thyroïde et la maladie de Parkinson. L’exposition aux pesticides peut même conduire à l’infertilité et aux malformations congénitales.

Comment se protéger ? Laver soigneusement les fruits et légumes afin de les débarrasser de certains résidus de pesticides, les peler, acheter des fruits et légumes biologiques.

Le Fluor


Le fluor est un produit chimique extrêmement toxique présent dans un grand nombre des produits.

De nombreuses études ont été menées montrant les effets négatifs du fluor sur la santé. Les enfants sont les plus exposés.

Polytétrafluoroéthylène (PTFE)


Le téflon à des températures élevées dégage des gaz toxiques qui ont été liés à des problèmes de reproduction, des cancers et d’autres problèmes de santé. Il est préférable d’opter pour des poêles en acier inoxydable.

Le triclosan


C’est un antibactérien qu’on retrouve entre autres dans les gels désinfectants pour les mains, la pâte à dents, les vêtements et plusieurs produits désinfectants.

Les problèmes de santé. Il interfère avec la production de certaines hormones, contribue au développement de certains cancers et contribuerait à l’apparition d’hyperactivité ou de troubles de déficit d’attention chez les enfants.

Chromium 6


Ce carcinogène se retrouve dans l’eau du robinet. Un filtre à eau approprié peut filtrer cette substance de l’eau.


Les conséquences d'une mauvaise qualité de l'air sur la santé


Les effets sur la santé peuvent être immédiats ou à long terme (pathologies chroniques ou maladies graves). Ils dépendent de la nature du polluant et des quantités inhalées, de l'âge du sujet, de sa vulnérabilité, de ses habitudes.

Lorsque les effets sont immédiats, ils peuvent se traduire par une gêne, de l'inconfort : irritations (des yeux, du nez, de la gorge, etc.), odeur incommodante, nausées, toux, crises d'asthmes, intoxications, asphyxies... La poussière, du fait de son pouvoir irritant, amplifie la nocivité des autres polluants.

Les effets à long terme se manifestent de manière moins ostensible, ils apparaissent longtemps après l'exposition et il est difficile d'en déterminer les causes. Une exposition de faible intensité mais prolongée à des polluants peut se traduire par des maladies graves : cancers, maladies respiratoires (asthme ou troubles divers), aggravation de maladies cardio-vasculaires.


Influence de produits ménagers chimiques sur la santé des enfants


Les enfants présentent une moindre résistance et sont très vulnérables aux produits chimiques toxiques. En comparaison avec un adulte, les enfants boivent plus d’eau, mangent plus de nourriture et respirent plus d’air que les adultes par kilo de masse corporelle. Ils sont plus exposés que les adultes aux substances toxiques.

Les enfants en bas âge portent tout ce qu’ils trouvent à leur bouche. En 1998, des scientifiques de l’Université Rutgers (New Jersey, États Unis) ont découvert que les pesticides vaporisés dans une maison émanent des planchers et des tapis, puis se concentrent sur les objets en plastique et en mousse tels que les oreillers et les jouets en peluche. Pour avoir observé la fréquence avec laquelle un groupe d’enfants en bas âge mettent des jouets dans leur bouche, les chercheurs ont pu déterminer que les jouets contaminés sont susceptibles de donner aux jeunes enfants des doses de poison beaucoup plus élevées que chez des adultes se trouvant dans le même environnement.

Les bébés n’ont pas la capacité d’excréter les produits chimiques ou de les stocker dans la graisse de la même manière que les adultes, ce qui rend les poisons plus rapidement disponibles pour affecter leur corps en pleine croissance. En outre, parce que le système immunitaire du bébé n’est pas entièrement fonctionnel, le corps d’un bébé ne peut pas contrer les effets toxiques comme un adulte. Chez ce dernier, une barrière hémato-encéphalique isole le cerveau de la plupart des produits chimiques potentiellement nocifs qui circulent à travers le corps. Mais chez un enfant, cette barrière n’est pas complètement développée jusqu’à six mois après la naissance.

Une femme enceinte peut également passer les toxines contenues dans les produits d’entretiens à son enfant. De nombreux contaminants comme les dioxines et les PCB ont une affinité pour les tissus adipeux. Pendant la grossesse, les femmes mobilisent leurs réserves de graisse pour fournir de la nourriture à leurs bébés en pleine croissance, et les contaminants présents dans les matières grasses sont ensuite transmis à leurs enfants. Les mères qui allaitent transfèrent une bonne partie des produits chimiques accumulés pendant toute leur vie à leurs bébés.

Les fœtus sont les plus exposés à des toxines dans l’utérus. Parce que les structures cellulaires changent si rapidement au cours du développement embryonnaire et fœtal, une exposition à des produits toxiques peut altérer de façon définitive le développement ultérieur. Le système nerveux central est particulièrement vulnérable. Pour bien fonctionner, le cerveau en développement doit établir un réseau complexe de neurones interconnectés. De petites doses de neurotoxines pendant les périodes critiques du développement cérébral peuvent modifier à jamais ces voies neuronales et cruciales.


Les résidus de fumée menacent la santé des enfants


Des médecins du Massachusetts General Hospital de Bostondans une étude publiée dans la revue Pediatrics en 2009, ont trouvé que des résidus toxiques de la combustion du tabac qui s'incrustent durablement sur les vitres, tapis et autres meubles, sont également nocifs.

Acide cyanhydrique, monoxyde de carbone, arsenic, polonium 210… La fumée de cigarette contient plus de 4 000 produits chimiques dont une cinquantaine sont reconnus comme cancérigènes.

Invisibles à l'œil nu, mais potentiellement responsables de l'odeur persistante de tabac froid, ces toxines se déposent en couche de poussières sur toutes les surfaces (moquettes, meubles, etc.) ou restent en suspension dans l'air pendant des jours, voire des mois. Les jeunes enfants, qui rampent, jouent près du sol et avalent deux fois plus de poussière que les adultes, sont les plus exposés à cette pollution.


Exposition aux perturbateurs endocriniens chimiques et ses effets pour la santé


De nombreuses substances chimiques synthétiques dont les effets perturbateurs sur le système endocrinien n’ont pas été testés pourraient avoir des conséquences non négligeables sur la santé.

L’Organisation mondiale de la Santé et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, ont publié en février 2013 un nouveau rapport, intitulé State of the Science of Endocrine Disrupting Chemicals.

Les auteurs de cette étude conjointe préconisent de mener davantage de recherches afin de bien comprendre les liens qui existent entre les perturbateurs endocriniens chimiques  présents dans de nombreux produits industriels et domestiques  et plusieurs maladies et troubles.

La santé dépend du bon fonctionnement du système endocrinien, qui régule la sécrétion d’hormones essentielles, par exemple, au métabolisme, à la croissance, au développement, au sommeil et à l’humeur. Certaines substances, connues sous le nom de perturbateurs endocriniens, peuvent perturber une ou plusieurs fonctions du système endocrinien et ainsi accroître le risque de survenue de problèmes de santé.

Ces substances chimiques peuvent notamment contribuer à la survenue de la cryptorchidie (absence d’un ou des deux testicules dans le scrotum) chez le jeune garçon, du cancer du sein chez la femme, du cancer de la prostate, de troubles du développement du système nerveux et d’un déficit de l’attention/d’une hyperactivité chez l’enfant, ainsi que du cancer de la thyroïde.

De multiples sources de perturbateurs endocriniens chimiques. Les perturbateurs endocriniens chimiques peuvent entrer dans l’environnement principalement par le biais des effluents industriels et urbains, le ruissellement des terres agricoles et l’incinération et le rejet des déchets. L’être humain peut y être exposé lors de l’ingestion de nourriture, de poussière et d’eau ou de l’inhalation de gaz et de particules présents dans l’air, ainsi que par contact cutané.

Augmentation de maladies et de troubles. L’augmentation observée de la survenue de maladies et de troubles pourrait s’expliquer non seulement par l’exposition à des substances chimiques mais aussi par d’autres facteurs environnementaux et non génétiques tels que l’âge et la nutrition.

Les données scientifiques les plus récentes montrent que des communautés dans le monde entier sont exposées aux perturbateurs endocriniens chimiques et aux risques qui y sont associés.


La toxine Bt dans le sang des femmes enceintes et des fœtus


Une étude réalisé par des médecins du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke au Québec, publiée dans Reproductive Toxicology en mars 2011, montre la présence dans le sang des femmes enceintes et des fœtus de différentes toxines provenant de cultures transgéniques.

L'étude montre que la toxine Bt  produite par le maïs et le soja transgéniques  apparaît avec une fréquence très élevée, constatée dans 93% des échantillons de sang provenant de femmes enceintes, 80% de fœtus et 69% de femmes non enceintes. Aucune des femmes ou leurs partenaires n’ont travaillé avec des pesticides. Cette toxine apparaît comme un résultat de la consommation d'aliments qui ont été transformés à partir de maïs transgénique et de soja.

L'étude montre également la présence de l'herbicide glyphosate (dont des études ont révélé la toxicité pour les cellules humaines) dans 5% des femmes enceintes, du gluphosinate (qui augmente le risque de malformations congénitales) dans 18% des échantillons provenant de femmes non enceintes, et 3-MPPA (métabolite) dans 100% des femmes enceintes et les fœtus, et 67% des femmes non enceintes.

Il s'agit de la première étude épidémiologique qui analyse le sang des personnes exposées à la consommation d'aliments GM, 15 ans après avoir approuvé la première production commerciale de variétés transgéniques. Les résultats montrent la nécessité d'arrêter la production commerciale d'OGM parce que les effets possibles de cette voie d'exposition du fœtus à la toxine Bt n'ont pas été étudiés.


Comment réduire la pollution de l'air chez soi ?


* Privilégier dès l'achat les produits qui contiennent le moins de polluants possibles. Acheter de préférence des produits portant l'éco-label européen.

L'étiquette COV (obligatoire pour tous les produits vendus en France),  signale le niveau d'émissions en composés organiques volatils, d'une échelle de A+ (émissions très faibles) à C (émissions fortes).

Les pictogrammes : ils signalent d'éventuels dangers (produit inflammable, toxique, etc.)

* Lire le mode d'emploi avant d'utiliser un produit, et respecter les doses préconisées, ainsi que les indications de sécurité.

* Installer des appareils fiables et performants (chauffage, ventilation, etc.) et veiller systématiquement à leur bon entretien.

* Faire attention aux mélanges de produits (de bricolage, d'entretien...) qui peuvent provoquer des émanations dangereuses. Par exemple, l'eau de Javel, mélangée à un acide (comme un détartrant), dégage du chlore, un gaz irritant. Les produits odorants (peinture, colles, parfums, cosmétiques, désodorisants) dégagent tous des COV, les bougies parfumées et l'encens, dont la combustion dégage du monoxyde de carbone est très toxique.

* Évacuer l'humidité : en cas d'infiltrations ou de remontées capillaires dans les murs, il est nécessaire d'améliorer l'étanchéité de la maison.

* Il est aussi possible de se procurer de bonnes alternatives sous la forme de produits de nettoyage sains et naturels dans des magasins, spécialisés ou non. Beaucoup de produits de nettoyage sont à base d'agrumes. Pour le nettoyage de base de la cuisine, de nombreux produits sont à base d'orange ou de citron. Les produits pour polir les meubles utilisent en général des huiles et du citron. Il existe également quelques lessives naturelles au bicarbonate de soude.

Des plantes contre les polluants


La NASA a mené des études portant sur le recyclage de l’air dans les navettes spatiales. Ses premiers travaux ont permis de découvrir que les plantes, êtres vivants qui se nourrissent et échangent avec le milieu extérieur, ont la capacité de dépolluer l’air de façon significative. Depuis, différentes recherches sont venues confirmer ses résultats. Ces études indiquent que les plantes absorbent les polluants principalement par les racines et par les feuilles.

La NASA a même dressé une liste des meilleures plantes dans l’efficacité en tant que purificatrices d’air. Chaque plante ayant des capacités différentes à filtrer les éléments polluants, c'est en les associant que l’on obtient les meilleurs résultats. Cette liste comprend : Areca, Anthurium, Azalée, Chlorophytum, Dracaena, Ficus, Fougère de Boston, Lierre, Spathiphyllum.

Des articles ménagers pour éviter les toxines


Pour nettoyer les robinets, les miroirs et les glaces, du vinaigre blanc avec quelques gouttes d'huile de citron fonctionne très bien en pulvérisateur. Pour le nettoyage des dalles et des sols, les savons naturels à la glycérine ou l'huile d'olive sont très efficaces. Le vinaigre et le citron sont de bons désinfectants.

Jus de citron
* Nettoie les vitres et les miroirs
* Rend le linge blanc plus éclatant
* Désinfecte la planche à découper
* Fait briller les toilettes

Huile de noix de coco
* Polit les meubles en bois
* Remplace le WD–40 (dégrippant)
* Retire des résidus de savon dans la douche

Vinaigre de cidre
* Repousse les insectes
* Désodorise le linge

Vinaigre blanc
* Polit l’argenterie
* Nettoie les vitres
* Neutralise les odeurs
* Débouche l’évier

Bicarbonate de soude
* Eteint un feu
* Récure les toilettes et la baignoire
* Nettoie le four ou le grill

Savon de Castille
* Nettoyant tous usages
* Savon pour la vaisselle
* Pour lavez les sols

Huile de ricin
* Décourage les rongeurs
* Lubrifie les ciseaux de cuisine
* Restaure la santé des plantes

Il est aussi possible de préparer ses propres produits avec quelques ingrédients facilement disponibles. Parmi les produits de nettoyage fait-maison les plus courants, on retrouve : le bicarbonate de soude, les huiles d'agrumes telles que le citron et l'orange, le vinaigre blanc, les savons à la glycérine et à l'huile d'olive, l'eau oxygénée et l'alcool dénaturé. Le bicarbonate de soude est un bon produit en poudre pour le nettoyage, il est adapté pour les baignoires et éviers aussi bien que pour l'intérieur et réfrigérateurs et des fours.

Des nettoyants écologiques


* Ils n’ont pas de composants toxiques
* Faciles à préparer
* Moins chers que ceux vendus dans le commerce

Nettoyant multi-usages
Pour les surfaces de la cuisine, salle de bain et vitres.

Ingrédients :

* ½ tasse de vinaigre blanc
* ¼ tasse de bicarbonate de soude
* 2 litres d’eau
* ¼ tasse de jus de citron
* 20 gouttes d’huile de Tea Tree (optionnel). Le Tea Tree est une plante aux propriétés anti-bactériennes et fongicides.

Préparation : mélanger tous les ingrédients dans un pulvérisateur.

Liquide lave-vaisselle

Ingrédients :

* ½ tasse de savon de Castille liquide
* 1/8 tasse d’eau
* 4 gouttes d’huile essentielle d’orange
* 1 petite cuillère de vinaigre blanc

Préparation : mélanger tous les ingrédients dans une bouteille en plastique.

Nettoyant pour le sol

Ingrédients :

* vinaigre blanc
* de l’eau

Préparation : mélanger des parts égales d’eau et vinaigre blanc dans un sceau.

Tous ces éléments sont d’excellents moyens pour garder une maison aux odeurs fraîches, sans toxines nocives. Utiliser toujours des méthodes naturelles au lieu des aérosols et des huiles commerciales chargés en toxines.

L’asthme, les cancers, les cas de leucémie et les tumeurs au cerveau ont doublé, parfois même triplés, depuis les 20 dernières années. La pollution de l’air intérieure est de plus en plus suspectée. C’est pourquoi c’est important d’informer sur plusieurs des contaminants de la maison et sur leurs différents effets sur la santé et l’environnement, tout en proposant des alternatives simples afin de réduire un peu les contacts avec ces éléments empoisonnés.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire