vendredi 30 septembre 2016

L'Importance du Rire



Rire aux éclats libère l’organisme de l’énergie négative



Définition du rire


Selon le dictionnaire Larousse, le rire est une manifestation d’une gaieté soudaine par l'expression du visage et par certains mouvements de la bouche et des muscles faciaux, accompagnés d'expirations plus ou moins saccadées et bruyantes.

Manifestions physiques du rire


* L’axe musculaire. Le rire fait travailler tous les muscles depuis ceux du visage jusqu’à la musculature abdominale.
* L’axe respiratoire. Le rire favorise les échanges respiratoires.
* L’axe neuro-hormonal. Les fonctions impliquées sont relatives à la perception de la douleur, la mémoire et l’apprentissage.

Le rire mobilise la plupart des muscles de l’organisme : du visage, jusqu’aux membres il procure les mêmes effets qu’un exercice physique traditionnel modéré. Ce véritable mouvement des muscles crée un massage des côtes, un travail du diaphragme.

Les muscles du visage provoquent l'expression rieuse. Ils attirent les coins de la bouche et les paupières vers le haut. Les muscles des mâchoires  sont relâchés. Au moins 400 muscles du corps sont stimulés. Par ailleurs le rire libère les muscles du larynx provoquant toutes sortes de vocalisations ou de cris. La tête se balance, les mains s'ouvrent, les jambes deviennent molles.

Dans certains cas, le rire peut mener à la production de larmes par les glandes lacrymales et provoquer quelques surprises puisque, la vessie se contracte et le sphincter anal se relâche.

Le rire a un effet caractéristique sur la respiration : l’amplitude du rythme respiratoire et la quantité d’air inspiré/expiré augmentent. Lors du rire, l’inspiration est profonde. De plus, le rire est un phénomène expiratoire intense, c'est-à-dire que lorsque l’on rit, on vide tout l’air contenu dans la poitrine, ainsi on augmente le volume d’air de réserve. Ces caractéristiques de la respiration lors du rire sont proches de celles du yoga.

Le rire a longtemps était reconnu comme un moyen de libérer l'énergie, de relâcher la tension. Des chercheurs ont démontré que le sourire est considéré comme inné  car les enfants sourds et aveugles de naissance sourient  et le rire est le dérivé d'un sourire, mais un sourire accentué.

Le rire comprend des dimensions multiples  physiques, neurologiques, sociales et culturelles  et son côté inattendu et non programmé en font sa richesse et sa force.

Fonctionnement du cerveau pendant le rire

Le rire est provoqué par un stimulus qui peut être visuel, auditif, tactile, olfactif. Capté en premier lieu par les organes sensoriels (nez, langue, oreilles, yeux...), ce stimulus est ensuite traité par les aires sensorielles du cortex cérébral.

Par la suite, ces zones sensorielles du cerveau envoient des signaux nerveux vers le centre cortical du rire situé dans le lobe préfrontal du cortex cérébral qui contrôle les comportements et choisit la réponse appropriée face à telle ou telle situation. Ces influx nerveux sont ensuite transportés vers le système limbique, où naissent les émotions (comme le plaisir, la peur...).

Libération de neurotransmetteurs


Le système parasympathique domine lorsque nous rions. Son activité tend à produire une relaxation générale. Ainsi, la pression sanguine diminue, la paroi des capillaires sanguins se détend, le rythme cardiaque ralentit. Cette réponse est transmise par voie chimique, par l'intermédiaire des neurotransmetteurs.

Le rire prend forme grâce aux effets que les neurotransmetteurs ont dans le cerveau mais également par la stimulation d'hormones libérés par le système endocrinien. 6 neurotransmetteurs et 2 hormones influent sur le rire.

L'acétylcholine. Ce neurotransmetteur intervient dans les deux phases végétatives du rire. Dans la phase sympathique, il va être à l'origine de la contraction de différentes parties du corps. Lors de la phase parasympathique, celui-ci va intervenir dans le contrôle du pouls.

La sérotonine. Agit pendant la phase parasympathique du rire, principalement dans le système nerveux central. Elle permet l'inhibition des neurones, qui ont été excités lors de la phase sympathique. On se sent plus zen, l’humeur change. Elle permet le sommeil puisqu'elle est à l’origine de l'hormone du sommeil : la mélatonine. Un taux trop bas de sérotonine va être à l'origine de comportement violent, de suicides.

La dopamine. Neurotransmetteur primordial dans les sensations de plaisir. Et même si le simple fait de rire énerve, les réactions qui suivent sont relaxantes, car la tension peut baisser suite à cette euphorie.

Le GABA. Il s'agit de la molécule relaxante. Il a pour fonction de ralentir la transmission nerveuse. Le rythme cardiaque est ralenti, les spasmes musculaires engendrés par l'acétylcholine sont stoppés. Ce neurotransmetteur va alors permettre le relâchement de dopamine, on va se sentir plus heureux, ce qui fera que l'on rira plus facilement.

La noradrénaline. Joue à la fois le rôle d'hormone mais également de neurotransmetteur. Il agit pendant la phase sympathique du rire et permet l'éveil.

L'adrénaline. Cette molécule agit, pendant le rire, lors de la phase sympathique en tant qu'hormone.

Les catécholamines adrénaline et noradrénaline jouent un rôle important dans le processus inflammatoire.

L'endorphine. Il s'agit d'un puissant antalgique contre la douleur que le cerveau produit naturellement. Elle a également un effet anxiolytique. Le rire stimule la production cérébrale de catécholamines (hormone de l’éveil), qui permettent l'augmentation de la production d’endorphines (morphine naturelle), appelées “hormones du bonheur”. Le rire, au même titre qu’un sport, renforce la production d’endorphines.

Le système limbique


Le système limbique, groupant de noyaux situés dans la partie inférieure du prosencéphale, a pour fonction de réguler les émotions et le comportement. C'est le lieu où les réactions cérébrales les plus primaires naissent ainsi que la plupart des besoins vitaux.

Le rire peut également être déclenché par un souvenir venant de la mémoire. Via l'hypothalamus, ce système va ajuster l'intensité de la réponse émotionnelle en fonction du message reçu par le cortex c'est qui fera que l'on rira discrètement ou aux éclats. De plus, le système limbique a la capacité de déconnecter le cortex conscient, ce qui serait à l'origine des fous rires incontrôlés.


Bienfaits du rire

Fondamentalement, rire est une célébration des bonnes choses de la vie et les gens rient pour exprimer une partie de ce sentiment. Le rire fait vous sentir bien, mais aussi ceux qui vous entourent.

Le rire est guérisseur. Il offre des bienfaits physiques, psychologiques, émotionnels et sociaux, et détourne de la pensée négative.

Fournit un exercice physique interne


Le rire peut dynamiser le corps et l’esprit. Le rire est un processus simple, mais il est considéré comme le meilleur exercice interne. L’air est expulsé des poumons, ce qui entraîne des respirations profondes vers l’intérieur. Ceci augmente le débit d’oxygène vers les muscles et les organes du corps, conduisant à plus d’énergie. L’augmentation de l’énergie signifie aussi plus de vivacité, de créativité et de mémoire.

Stimule le système immunitaire


Plusieurs études ont démontré que le rire peut améliorer le système immunitaire en augmentant le nombre d’anticorps anti-infectieux, ainsi que les lymphocytes T dans le sang. Un système immunitaire plus fort équivaut à une meilleure résistance à la maladie et la maladie.

Soulage la douleur


Le rire fonctionne comme un analgésique naturel. Une bonne dose de rire libère des endorphines afin de se sentir bien et qui fonctionnent mieux que la morphine pour réduire la douleur. En outre, le rire peut distraire de pensées, de maux et douleurs. Le rire s’est également révélé capable de briser le cycle de douleur-spasme commun à certains troubles musculaires.

Le rire agit sur la douleur, par deux mécanismes :

* La douleur est souvent désespérante, parfois même angoissante, et désagréable. C’est pourquoi le rire arrive en changeant les idées, et en fixant l’attention sur autre chose à réduire la perception de la douleur et à anesthésier partiellement la douleur.

* La douleur est souvent accompagnée d’une tension musculaire, c'est-à-dire d’une contracture des muscles de la zone blessée. Le rire, par action avec le système parasympathique, réduit cette tension, allant jusqu’à faire disparaître la douleur.

Contrôle le diabète


Selon une étude réalisée par l’Université de Tsukuba au Japon, le rire peut réduire les niveaux de sucre dans le sang après un repas chez les personnes atteintes de diabète de type 2. On pense que le rire ait un impact direct sur le système neuroendocrinien, qui surveille les niveaux de glucose de l’organisme. Cela peut également être dû à l’énergie utilisée par les muscles de l’estomac tout en riant.

Protège le cœur


Le cœur est un muscle et il devient plus fort et fonctionne mieux grâce à l’exercice. C’est une des raisons que le rire est considéré comme un entraînement sain pour le cœur. Le tissu qui compose la paroi des vaisseaux sanguins se dilate, conduisant à une augmentation du flux sanguin vasculaire. Celui-ci joue un rôle important dans la lutte contre l’athérosclérose et réduire le risque d’une crise cardiaque. C’est une arme efficace dans la prévention des crises cardiaques, utilisée dans de nombreux services de cardiologie d’hôpitaux américains.

Réduction du stress


Le stress est une réaction de l'organisme à un effort extrême ou important, ou à une tension psychologique. Le résultat principal du stress est une prédominance pour le système sympathique sur le système parasympathique.

Le rire entraîne une diminution des niveaux d’hormones de stress comme le cortisol et l’adrénaline. Dans le même temps, il augmente le niveau des hormones qui favorisent la santé. Il fait la balance entre le système sympathique et parasympathique, dans la deuxième phase du rire, le système parasympathique est dominant.

Combat la dépression


Le rire réduit les niveaux d’hormones liées au stress et les remplace par des hormones de bien-être. Cela signifie que le rire crée un état d’esprit positif et quand une personne a une attitude positive envers la vie, il y a moins de chances de succomber à des sentiments de dépression et de désespoir.

Améliore la qualité du sommeil


Rire pousse le corps à produire plus de mélatonine, l’hormone libérée par le cerveau qui aide à mieux dormir. Certains travaux de recherche scientifique dans le domaine du sommeil et de l’insomnie ont révélé que le rire contribue à améliorer les habitudes de sommeil, ce qui est utile dans le traitement de l’insomnie.

Permet de rester jeune


Lorsque vous souriez et riez, pas moins de 15 muscles faciaux travaillent. Cela augmente le flux sanguin autour du visage, vous fait paraître plus jeune et en meilleure santé.


La fonction sociale du rire


En plus de ces avantages pour la santé, le rire peut aussi améliorer votre vie sociale et faire en sorte que vos relations continuent de bien fonctionner. Plus spécifiquement, le rire est une mine d’informations, aussi bien sur vos voisins que sur vous-même.

Pour les psychologues, il est essentiel de savoir se moquer de soi-même, dans le but de se rappeler que l'on n'est pas toujours parfait. Savoir rigoler de ses erreurs nous permettrait d’être plus à l’aise et d’avoir moins d’inhibitions. Et puis re-cadrer son ego de temps à autre ne peut pas faire de mal.

Nous rions tous pour des choses différentes, et de plusieurs manières. Il y a ceux qui explosent de rire en se tapant sur les cuisses, ceux qui ricanent plus timidement ; bouche déployée ou rictus figé, autant d’éléments qui nous informent sur les goûts, les sympathies de chacun. L’humour dit "sain"  provoque un climat de confiance et pousse chacun à se libérer.


L’importance du rire chez l’enfant


Le cerveau d’un enfant étant très malléable durant la petite enfance  jusqu’à environ 6 ans , plus on est bienveillant et attentif avec lui plus cela va avoir une influence positive au point de vue affectif, intellectuel, empathique et physique. Le cortex préfrontal étant peu développé, l’enfant ne se régule pas car son cerveau n’est pas mature. Pour lui apprendre à gérer ses émotions, il faut apaiser l’enfant sans le gronder et le punir. Le tout en douceur et sans céder.

Le cerveau orbito-frontal est très précieux pour avoir de l’empathie, pour savoir aimer, gérer ses émotions, prendre des décisions et avoir un sens moral. Plus on arrive à être calme et apaisant envers un enfant plus il aura de chance de développer cette partie de son cerveau.

Une relation empathique, respectueuse et aimante est décisive pour permettre à son cerveau d’évoluer de manière optimale, pour déployer pleinement ses capacités intellectuelles et affectives, et ce pour la vie entière.

En terme de tranches d’âge, l’enfant rit en moyenne 400 fois par jour contrairement à l’adulte qui ne rit qu’une ou deux fois par jour.

Le rire serait une réponse émotionnelle à une stimulation. C’est une réaction extérieure qui évolue et se modifie au fil du développement de l’enfant. À la naissance, l’enfant sourit pendant son sommeil. Il s’agit d’un sourire involontaire, purement physiologique.

Un enfant sourit dès ses premières semaines et rit déjà au cours de ses premiers mois de vie. Au fur et à mesure qu’il grandit, c’est grâce aux réactions des adultes qui l’entourent qu’il apprend à estimer si une situation est drôle ou ne l’est pas. Aux adultes donc de guider l’enfant dans son apprentissage de l’humour et du rôle du rire dans les relations avec autrui. Au fil de son développement, l’enfant prendra conscience par lui-même de l’importance, des bienfaits et des avantages du rire au quotidien, que ce soit simplement par bonne humeur et pour s’amuser ou en cas de tristesse ambiante, de coup de cafard, de larmes, de colère…

D’un point de vue psychologique, le rire permet de considérer les situations et les émotions ressenties dans une perspective différente qui provoque une prise de recul naturelle :

* il permet de dédramatiser, de relativiser et d’exprimer des émotions;

* le rire peut aussi jouer un rôle de protection quand on n’arrive pas à exprimer certaines émotions: on peut rire de gêne, de nervosité, de tristesse ou de colère;

* le rire peut avoir une fonction cathartique, libératrice lorsqu’il permet de décompresser, de lâcher prise avec la réalité;

* le rire peut être un bouclier contre l’angoisse; le mécanisme physique provoqué par le rire permet d’évacuer les tensions engendrées par l’angoisse;

* lorsque le rire naît de la moquerie ou de la raillerie, il s’agit certes d’agressivité, mais celle-ci s’exprime sous une forme qui ne porte pas à des conséquences dramatiques. 

Chez l’enfant, le rire serait un antidote au stress, il réduirait l’anxiété, les états dépressifs, les troubles du sommeil, il renforcerait le système immunitaire et serait même un anti douleur très puissant.

*
*  *

La Gelotologie est la science qui étudie les différents effets du rire dans le corps et dans la psique. Grâce à quelques études dans cette science, nous pouvons connaître ce qui se passe à notre cerveau quand nous rions.

L’oxyde nitreux provoque des changements dans les ondes cérébrales


Des chercheurs du MIT dans une étude publiée dans Neurophysiologie clinique en juillet 2015, ont été en mesure de révéler, que l'oxyde nitreux apporte des changements clés dans les ondes cérébrales des patients.

L'oxyde nitreux, communément appelé gaz hilarant, a été utilisé en anesthésiologie depuis le XIX siècle, mais jusqu'à présent, personne n'a été tout à fait sûr de la façon dont le médicament, modifie effectivement le cerveau des gens.

À des doses anesthésiques, les scientifiques ont constaté que pendant environ trois minutes après avoir reçu l'oxyde nitreux, le cerveau du patient a montré une grande amplitude des ondes lentes delta qui balayeront de l'avant vers l'arrière du cerveau, une fois toutes les 10 secondes.

Cette fréquence des ondes cérébrales est normalement observée chez les personnes qui sont dans une phase de sommeil profond, mais ces ondes induites par le gaz hilarant étaient environ deux fois plus grandes que celles observées dans le sommeil naturel.

L'oxyde nitreux est connu pour se lier à des récepteurs dans les régions du cerveau, le thalamus et le cortex qui reçoivent généralement des signaux provenant des centres d'éveil de l'organe, et interrompre ceux-ci peut provoquer une perte de conscience, ce qui est indiqué par les ondes cérébrales plus lentes.

Les chercheurs pensent que le gaz hilarant pourrait être utilisé comme un anesthésique puissant, et il aurait moins d'effets secondaires que les gaz courants.


Le rire peut être le meilleur remède pour la perte de mémoire liée à l'âge


Des chercheurs de l'Université Loma Linda en Californie, dont leurs conclusions ont été présentées lors de la réunion de Biologie expérimentale de San Diego en avril 2014, ont voulu déterminer si l'humour peut réduire les dommages au cerveau causés par le cortisol  l’hormone du stress . Des recherches antérieures avaient déjà montré que le stress peut aggraver la mémoire et la capacité d'apprentissage chez les personnes âgées.

Les chercheurs ont analysé un groupe de personnes âgées qui ont le diabète et un autre groupe de personnes âgées qui étaient en bonne santé. Les deux groupes ont été nécessaires pour voir une vidéo humoristique de 20 minutes, avant de remplir un test de mémoire qui a mesuré leur reconnaissance visuelle, la capacité et le rappel de la mémoire d'apprentissage.

Ils ont demandé à un troisième groupe de personnes âgées à compléter le test de mémoire sans regarder la vidéo drôle. L'équipe a ensuite comparé les résultats de ces trois groupes.

Les taux de cortisol pour tous les participants ont été enregistrés avant et après les essais.

Les enquêteurs ont constaté que les deux groupes qui ont regardé la vidéo humoristique ont montré une réduction significative des niveaux de cortisol, par rapport au groupe qui n'a pas visionné la vidéo.

Les groupes qui ont regardé la vidéo drôle ont aussi montré une plus grande amélioration de rappel de mémoire, la capacité et la reconnaissance de l'apprentissage de vue, par rapport à ceux qui n’ont pas regardé la vidéo. Le groupe diabétique a démontré la plus grande amélioration dans les deux niveaux de cortisol et les résultats des tests de mémoire.


Le rire, une méditation pour le cerveau


Une étude réalisée à l’Université de Loma Linda (Californie) en avril 2014, a démontré que le rire activait les mêmes ondes cérébrales que celles associées à la méditation. Elle montre également que le véritable état de méditation peut améliorer la mémoire et réduire les effets du stress.

Cette étude concerne 31 personnes dont les ondes cérébrales ont été surveillées pendant qu’elles regardaient des programmes humoristiques et spirituels ainsi que des films d’horreur.

Les chercheurs ont observé qu’en regardant les programmes humoristiques, les cerveaux des sujets produisaient de hauts niveaux d’ondes gamma, les mêmes qui sont générées pendant la méditation.

Au cours de la diffusion des programmes spirituels, les cerveaux des participants ont montré des niveaux d’ondes cérébrales alpha plus élevés, similaires à ceux d’une personne au repos.

Les films d’horreur ont causé des bandes d’ondes cérébrales planes, les mêmes que celles produites quand une personne se sent isolée, lorsqu’elle ne répond pas ou qu’elle ne veut pas être dans une situation précise.

Cela signifie que l’humour envahit en réalité tout le cerveau. C’est une expérience complète du cerveau avec la fréquence de la bande d’ondes gamma et l’humour. Tout comme pour la méditation, la fréquence se maintient.

C’est un effet important car il permet, pendant les états émotionnels subjectifs, d’être capable de penser avec plus de clarté et d’avoir des réflexions plus globales.

Cette étude affirme également que le véritable état de méditation peut améliorer la mémoire et réduire les effets du stress. L’humour réduit les hormones du stress, telles que le cortisol, qui sont mauvaises pour la mémoire car elles diminuent les neurones de l’hippocampe. L’humour réduit également la tension artérielle, augmente le flux sanguin et améliore l’état d’esprit.

Ces changements neurochimiques positifs et bénéfiques améliorent le fonctionnement du système immunitaire. Il y a des changements qui améliorent également la mémoire et le souvenir.

Parmi les conclusions que les chercheurs ont tiré de cette étude liée à la mémoire, on en ressort l’importance pour les personnes âgées. Les composantes cognitives  capacité d’apprentissage et mémoire différée  souffrent à mesure que l’on vieillit et sont essentielles pour que les personnes âgées puissent améliorer leur qualité de vie, par rapport à la pensée, au corps et à l’esprit.


La rigologie


La rigologie est une technique psycho-corporelle innovante de développement du bonheur qui permet de nous connecter au meilleur de nous-mêmes et à celui des autres quelles que soient les circonstances.

Cette discipline complète et originale vise, à travers une approche globale, l’harmonie du corps, des émotions et de l'esprit afin d'atteindre une joie de vivre profonde, authentique et durable et une vie pleine de sens.

La rigologie est une rencontre entre sagesses ancestrales et récentes découvertes scientifiques des neurosciences et de la psychologie positive qui s'adresse autant au grand public qu'aux professionnels.

Sa pédagogie ludique et interactive s'appuie sur nos forces et nos talents plutôt que sur nos échecs, l'idée étant que la solution n'a pas à être aussi douloureuse que le problème qui l'a nécessitée. Elle propose une pratique quotidienne de l'intelligence émotionnelle.

Le Yoga du rire


C'est du rire sans raison. Lors d'une séance, on ne raconte pas de blague, on ne rit pas des autres, mais avec les autres.

Comme le cerveau ne fait pas de différence entre un rire forcé et vrai, le corps sécrète, dans les deux cas, de l’endorphine, l’hormone du bien-être. Le corps se détend, et au fil de la séance ou des séances, il laisse le vrai rire, celui de notre enfance, remonter à la surface.

Tout cela ne se déroule pas toujours dès la première séance. Au fil des séances, on réapprend à rire simplement, grâce à toute une série d’exercices ludiques et respiratoires, on va provoquer le rire.

Le fait de faire cela en groupe est très important, on rit 30 fois plus quand on est en groupe.

Le yoga du rire est un remède naturel sans produits chimiques, car il est une arme contre la tristesse, l’anxiété, les troubles d’humeur et les douleurs chroniques et surtout une bonne thérapie d’optimisme face aux maux de la société actuelle.

Ondes gamma, rire et mémoire


Les ondes gamma traduisent généralement une activité mentale intense de haut niveau dont relèverait, entre autres, la conscience, les sens, l'intellect, l'intuition, la mémoire, mis harmonieusement et synchroniquement à l'œuvre.

Les changements neurochimiques dans le cerveau augmentent également la "bande de fréquence des ondes gamma», qui peut améliorer la mémoire.

L’activité gamma du cerveau joue un rôle important dans les capacités de communication chez l’enfant, notamment au niveau du langage, durant les 36 premiers mois de sa vie, où l’on maîtrise en moyenne entre 100 à 1000 mots. La stimulation du cerveau par les ondes gamma est cruciale dès le jeune âge pour l’apprentissage.

Les recherches menées sur des adultes suggèrent qu’un faible niveau d’activité d’ondes gamma, peut entraver les capacités du cerveau à emmagasiner correctement les informations. Cela peut également toucher la mémoire et les pensées en général.

L’humour associé au rire maintient des oscillations de bande gamma de grande amplitude. La fréquence gamma est la seule fréquence que l’on trouve dans toutes les parties du cerveau.

Comment sourire et rire plus souvent


Sourire et rire sur une base régulière. Le cerveau ne fait pas la différence entre un vrai et un faux sourire. En riant plus souvent non seulement vous vous sentirez mieux, mais vous serez également plus susceptible de sourire et rire d’une manière plus spontanée.

Regarder des films ou des programmes de télévision divertissants. Il s’agit d’un excellent moyen d’injecter un peu d’humour instantané dans la vie. En évitant des programmes ou des films négatifs, on obtient une vision plus positive et joyeuse de la vie qui offrira davantage d’occasions de rire.

Passer plus de temps avec les amis et la famille qui vous font vous sentir bien. En s’entourant de gens qui aiment s’amuser, sont optimistes et heureux, va faire ressortir le côté positif ; en copiant leur joie et leur positivité inconsciemment on finira par imiter leurs modèles de comportement.

Trouver des choses que vous fassent sourire. Une fois que l’on commence, consciemment, à chercher toutes les choses qui sont amusantes et édifiantes, on sera plus en accord avec elles et plus disposés à participer à des moments de rires spontanés.

Dans le monde d’aujourd'hui, plein de tensions et d’engagements majeurs pour les personnes, il est nécessaire de mettre en œuvre des activités qui favorisent la santé physique, mentale et spirituelle. C’est pour cette raison que l’une d’elles est aussi simple que de rire fréquemment, celle-ci étant une méthode naturelle qui aide à lever l’état d’esprit. Le rire est un détoxifiant moral qui guérit ou soulage la plupart de nos maux, n’est pas du tout contre-indiqué et en excès il produit seulement du bien-être.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire